BEAT STYLE MAKERS
Image default
Hors-série

Pink Floyd qui pique ton coeur

Cette semaine c’est un format un peu spécial que je vous propose sur Beat Style Makers. Aujourd’hui, pas d’artiste émergent, méconnu, je m’attaque plutôt à un grand nom de la musique.

Groupe phare des années 70, les Pink Floyd traversent les générations pour venir m’accompagner pendant mon enfance des années 2000.

Pour contextualiser ceux qui ne connaissent pas (ou peu), les Pink Floyd sont un groupe de rock psychédélique des années 70, si ce n’est pas, le groupe le plus célèbre identifié à ce mouvement. Il est composé de Roger Waters, David Gilmourd, Nick Mason, Richard Wrigh et Syd Barrett (quitte le groupe en 1970).

Nos parents nous transmettent une part de leurs goûts musicaux, certains choisisssent de creuser cette culture et d’en faire leur gout musicaux, d’autres préfèrent virer sur un tout autre chemin mélodieu. Pour ma part, le bourrage de crâne musical parental a commencé dans le ventre de ma mère. Pendant toute sa grossesse ma génitrice écouta les nombreux albums de Pink Floyd, je tend à penser que cela format prématurément mon affection pour leur musique. Mes parents étant des grands fans de musique j’ai eu le droit à énormément de diversité lors de mon enfance. De Baschung à The Clash, de Bob Marley à Téléphone, et tant d’autres, cela me créa les bases qui m’ont permis de découvrir et d’apprécier tout type de musique.

Dans notre maison nous n’écoutions pas seulement des morceaux de temps en temps, mais nous organisions des rendez-vous dans le salon, près de la chaine stéréo. Mon père lançait alors un album, très souvent The Wall ou bien Dark Side of the moon, et nous écoutions silencieusement ou en débâtant, l’album entier. Sachez que les albums de Pink Floyd sont assez longs (de 45minutes à 1 heure 30). Cela ne nous arrêtait pas. Cette façon de dévorer un album créa en moi un réel déclic face à cette musique psychédélique.

Ce n’est qu’adolescente que j’ai décidé, après un nombre d’écoutes au  delà de l’infini, de me pencher vers les paroles et l’histoire du groupe. J’ai donc cherché les traductions des textes tel que breath, time, wish you were here, shine on you crazy diamons, pig….

L’émotion, c’est ce qui ressort le plus pour moi lorsque j’écoute du Pink Floyd. Peu importe le « mood » dans lequel je suis chaque titre m’imprègne de son enthousiasme, de sa colère, de sa tristesse ou bien de sa joie. Même si, ne nous le cachons pas, peu de morceaux invoquent une vie joyeuse sans encombre.

Chaque paroles méritent d’être écoutées et comprises ce qui n’est pas toujours possible, car nous ne pouvons pas malheureusement traduire un trip sous LSD! Je vous partage donc cet extrait :

« Remember when you were young,
Rappelle toi quand tu étais jeune,
You shone like the sun.
Tu brillais comme le soleil.
Shine on you crazy diamond.
Continue de briller toi le diamand fou.
Now there’s a look in your eyes,
A present il y a un regard dans tes yeux,
Like black holes in the sky.
Comme des trous noirs dans le ciel.
Shine on you crazy diamond.
Continue de briller toi le diamant fou.
You were caught on the crossfire
Tu a été pris entre les tirs
Of childhood and stardom,
De l’enfance et de la célébrité
Blown on the steel breeze.
Envoyé dans un vent d’acier
Come on you target for faraway laughter,
Viens toi la cible des rires lointains
Come on you stranger, you legend, you martyr, and shine !
Viens toi l’étranger, toi la légende, toi le martyr, et brille ! »

Source: La coccinelle

 

Ce groupe dispose d’une histoire si forte qui se raconte à travers leurs chansons, les paroles. Mais surtout, chacun peut y faire écho et s’identifier et ressentir l’émotion de la musique.

Ce que j’aime particulièrement dans leur musique, c’est qu’ils prennent leur temps, un morceau classique ne dure pas cinq minutes « seulement ». Les paroles viennent généralement après une introduction planante pour finalement terminer sur une apothéose instrumentale vibrante, souvent accompagnée de choristes.

Chaque album est construit d’une histoire, c’est d’ailleurs ce qui a inspiré le réalisateur Alan Parker à réaliser le film le Wall en 1982. Ce film est pour moi un chef d’œuvre mais attention aux âmes sensibles car celui ci est extrêmement  « tripant » . Je n’ai d’ailleurs pu le regarder qu’une seule fois.

 

Voici le synopsis du film.

« Sentant sa personnalité défaillir, Pink, une star du rock, se fabrique un mur protecteur derrière lequel il croit d’abord trouver refuge. Mais ce mur finit par l’étouffer et le pousse, seul et malheureux, jusqu’aux portes de la folie. Il passe alors en revue les éléments importants de sa vie ; la mort de son père à la guerre, sa mère trop protectrice et castratrice, les brimades de professeurs, puis l’échec de son mariage et la plongée dans la drogue, autant de briques dans le mur, ou d’éléments qui en ont comblé les interstices.Cet examen de conscience le mène jusqu’à son autoprocès.« 

Source: wikipédia

Celui-ci ne comporte quasiment pas de dialogues, le son est uniquement l’album The Wall. C’est un film fait de séquences animées particulièrement troublantes et de scènes filmées avec pour acteur principal, Bob Geldolf qui réalise une performance incroyable.

Suivre ce film s’apparente à une vraie expérience mentale ou bien à une expérimentation de drogue forte qui ne se passe pas comme prévue, cependant on en ressort bouleversé, révolté et oui, un poil dépressif.

L’affiche le démontre parfaitement avec cette face déchirée pleine de douleur qui représente parfaitement l’ambiance angoissante de ce long métrage autour de la schizophrénie.

 

Les messages et les histoires de ce groupe sont nombreux, le lavage de cerveau du gouvernement envers la société, le deuil, la folie, la dépendance à la drogue, la guerre, les manipulations de l’industrie de la musique, et tant d’autres…

Que l’on aime ou pas Pink Floyd, ils resteront le groupe qui a marqué et changé à jamais le rock avec leurs 16 albums.

Voici, ma liste non exhaustive des meilleurs morceaux (selon moi) de ce formidable groupe :

Have a cigar

Shine on you crazy diamond

Echoes

High hopes

Time

Confortably Numb

Pour tous les nostalgiques  qui souhaitent revivre les concerts complètement fous de Pink Floyd, ou bien ceux qui n’ont pas eu cette chance, je vous conseille fortement de prendre une place pour les « Brit Floyd ». Oui le nom est barbare mais pourtant, le copier-imiter est absolument parfait, c’est à se demander si les membres du groupe de sont pas revenus sur scène  pour nous proposer ce show. Des mises en scène inspirées des vrais concerts de Pink Floyd, la voix du chanteur identique à celle de Roger Waters, c’est une expérience musicale très émouvante ( je parle en connaissance de cause pour avoir vu le groupe performer en 2016).

Pour ceux qui souhaitent découvrir l’histoire passionnante et déchirante qui se cache derrière ces paroles et ce groupe si mystérieusement intriguant, il existe de nombreux documentaires (ARTE).

N’hésitez pas, à la suite de cet article à réagir, et à nous parler vous aussi, des groupes ou des artistes qui vous accompagnent tout au long de votre vie et qui vous font vibrer.

Related posts

Léo Walk, l’artiste multi facettes

Cléo

Aleksandir – « Yamaha »

Cléo

1 comment

Cirenitnert 18 octobre 2018 at 20 h 18 min

Quoi ???? tes parents ont formaté ton sens musical à coup de Pink Floyd , The Clash ou Bob….mais c’est une bénédiction ça !
Ces groupes mythiques ont posé les bases de la culture moderne empreinte d’harmonie et de tolérance.

Reply

Leave a Comment

BEAT STYLE MAKERS
%d blogueurs aiment cette page :