BEAT STYLE MAKERS
Image default
Évènements

Nelick – concert du 1 Février à la Boule Noire

Changement d’ambiance, et oui, sur Beat Style Makers il y en a pour tous les gouts.

Loin du concert de rock de la gaité lyric, nous nous retrouvons à Pigalle pour arpenter de pogos la salle de la boule noir.

C’est dans une ambiance conviviale animée par une jeunesse lycéenne (voir collégienne) Parisienne que nous nous attendons à découvrir le concert de Nelick en compagnie de youri, Le Sid et Lord Esperenza et oui rien que ca.

C’est quelques jours après le lancement de sa KiwibunnyTape composée de 10 morceaux que Nelick s’apprête à soulever la Boule noir.

Dans la salle c’est jeunesse à l’avant et vieillesse à l’arrière ( 20-25ans maximum).

Ce fut un très bon choix de nous motiver à bouger avec une première partie en compagnie de Youri. Les âmes sensibles ont tout intérêt à s’armer de second degré car l’ambiance démarre à coup de « je trempe mes couilles dans ta bouche comme un sachet de thé » et de pogo sur « Braque la pharmacie ».

Youri explose son rap énergique et énervé jusqu’à en faire planter la sono de la salle.

Une première partie validée donc et un gros coup de cœur pour sa version de OIZO, titre à la base plutôt détente qui se transforme en gros drop à base de bousculade de foule et gros coup de « braaaaaaaaa » sur scène.

Deuxième partie de la première partie, si je peux m’exprimer ainsi, s’en suit donc Le Sid. C’est pour moi, une grosse découverte.

Le Sid transpire (les pogos donnent chaud) la bonne humeur et l’aisance sur scène.

Swipe, titre qui écouté avant le concert ne me parlait pas du tout prend tout son sens en live.

Pour mon plus graaaaaaand plaisir, c’est en abordant une pante ultra glissante, que le Sid nous balance un excellent freestyle sur something about us de Daft Punk. C’est exactement à ce moment qu’il m’a conquise.

L’entrée de Nelick se fait donc dans une ambiance électrique déjà pleine de vibe positive.

 

Etant septique avant le concert en ayant du mal à imaginer comment rendre plus « tonic » les morceaux de la kiwibunnytape qui sont finalement pour la plupart assez chill. Je ne suis absolument pas déçue.

Une entrée sur Rang Rover avec une autotune plutôt bien gérée, malgré quelques beugs mais qui se font vite oublier.

Une grosse surprise fait son apparition (en fait ce ne fut pas vraiment une surprise car ces deux la sont toujours collés ensemble, il n’était juste pas annoncé sur l’évènement, mais bon, on ne nous la fait pas à nous)

Lord Esperanza débarque donc sur une version ultra lourde en basse (dans le bon sens) de « tout est noir ».

Une grosse surprise cependant, et pour cette fois, une vraie, la performance de Maria. Nous ne nous attendions pas du tout à entendre ce titre à ce concert mais ce fut fort plaisant et apportat une ambiance plus « légère », ce qui n’empêcha pas les pogos des plus téméraires.

Ocean 2077, sans surprise, le titre le plus connus de Nelick, très bien interprété, il n’y a rien à redire.

Lord Esperanza et Nelick forme un très bon duo qui se complète et se renvoie parfaitement la réplique.

C’est qu’on lâcherait presque une larme d’émotion dans un concert de rap quand Lord Esperanza fait une déclaration de bro-mance à Nelick.

Une bande de potes qui balancent leur concert devant leur autre bande de potes, c’est l’ambiance qui régnait ce Jeudi 1er Février à la boule noir.

Des artistes humbles, solidaires, plein de projets et de talent(s) dans la tête, voilà ce qui rend le succès de cette belle bande.

 

 

Related posts

The Strypes – concert du 31 Janvier à la Gaîté Lyrique

Anna Trentin

Badaboum – Vox Low et autres sciences sonores

Cléo

Clément Bazin – concert du 30 Novembre à la Gaîtée lyrique

Anna Trentin

Leave a Comment

BEAT STYLE MAKERS
%d blogueurs aiment cette page :