Ecca Vandal, aussi énervée que moi pour entamer l’année

Ah, quoi de mieux que du punk-électro pour se remettre dans un mood de battante pour la nouvelle année. Je te remercie, toi, Ecca Vandal, jeune Sud-Africaine expatriée depuis l’apartheid en Australie, pour m’avoir donné cet élan des plus nécessaires.

Prête à mordre n’importe quel individu dérangeant sur son chemin, je me retrouve assez bien en cette étoile montante. Reconnue en 2014 avec son single « White Flag », elle revient pour cette nouvelle année avec un album eponyme abouti, et surtout très identitaire. La rage qui ressort des morceaux est assez impressionnante. Vous pensiez peut-être que le jeune punk moderne n’était plus de la partie, et bien détrompez-vous !

 

 

En réalité c’est un mélange de bon nombre de styles musicaux qui nous sont mixés ici. L’atout majeur reste indéniablement le punk, mais les sonorités pure rock, électro ou même pop nous prouvent que la jeune femme en a sous la dent. Si vous voulez mon avis, son enfance et son départ dû à la montée du racisme ont bien plus qu’influencé sa manière de créer, ils l’ont plutôt habitée même je dirais !

 

Sampa The Great

« Your Orbit », réalisé avec la rageuse Sampa The Great est un morceau bien moins énervé dans les sonorités mais hyper bien fait, un des plus populaires sur Itunes et ce n’est pas étonnant. Si le punk n’est pas votre domaine de prédilection, je vous invite donc à aller écouter ce morceau sans plus attendre ! 

 

 

 

L’album est un peu à double tranchant. La première partie, très punk électro ravira les personnes en recherche de défouler et de nouveauté, tandis que la deuxième partie sonne plus rock / pop / électro plus « banale » sans vouloir être négative pour autant (avec toujours ce côté ultra sombre qui sort du coeur apparemment).

Je pense que cet album mérite d’être réentendu plusieurs fois. Je vous avoue ne pas avoir été transcendée lors de la première écoute. Mais lorsqu’on s’y attache un peu plus, on y voit clair dans le jeu d’Ecca Vandal, et l’envie de militer à ses côtés se veut de plus en plus forte à chaque « repeat ».

 

 

Le côté électro est pour moi le mieux exploité. Le punk, ok elle se défoule et crie sur les rythmes stridents et brutaux des guitares et de la batterie, c’est sympa. Mais musicalement parlant, ce sont de loin les touches et inventivités électro qui sont innovantes et qui ancrent réellement l’artiste dans un univers assez atypique. Des sonorités électro déjà entendues chez les artistes techno, mais jamais vraiment aussi bien réutilisées dans d’autres styles musicaux.

Chaque morceau est un long travail de recherche de sonorités, ils méritent d’être écoutés un peu plus qu’une fois pour être appréciés à leur juste valeur.

 

Sa rage de se battre contre la vie, les injustices, ne se répercutent pas que dans sa musique. Je pense que vous l’avez immédiatement vu et compris, son style est quelque chose de très, très important. Hors de question de ressembler aux autres, et ce jusqu’au bout des ongles. C’est assez marrant on dirait un peu une punk coincée dans la ZEF de l’Afrique du Sud (coucou Die Antwoord, à qui on dit merci pour avoir internationalisé cette « contre culture »).

Die Antwoord

 

 

On a ce côté très rock / trash qui représente au mieux ce qui la définit le plus : le punk. Mais c’est vrai qu’à côté de ça les influences vestimentaires me font penser à beaucoup de Londoniens rencontrés ou bien juste croisés. Après, il n’est pas sans savoir que les Australiens sont très forts pour se démarquer quand ils l’ont décidés. Beaucoup restent discrets aux yeux du monde, mais je vous assure que les talents Australiens sont d’une très grande qualité si vous voulez mon avis. En tout cas, j’ai toujours eu de bonnes surprises ! 

Allez, je vous laisse vous défouler. Pour les coeurs tendres, pas d’inquiétude je reviens dans quelques jours avec un duo beaucoup plus « mignon ». Voici quelques mini vidéos réalisées afin de promouvoir certains morceaux de l’album.

Son Facebook

Son Instagram

ROCK ON !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *