BEAT STYLE MAKERS
Image default
Les artistes

Dumb Lovers, des Anglais pas si idiots que ça

Nous n’en finissons plus avec les groupes qui s’amusent des années 80. On l’a bien compris, rien qu’avec les précédents groupes analysés dans notre blog, c’est définitif, les années 2010 sont belles et bien nostalgiques. Ici, les Anglais de Dumb Lovers, composé de Megan Rees et de Robin Clark, sont inspirés de ces années de folie autant musicalement, que visuellement parlant.

 

Originaires de Bournemouth au Sud de l’Angleterre, c’est grâce à l’ennui et à l’absence de culture de cette petite ville, que leur envie de casser les normes est née. Là-bas on oublie assez vite que les couleurs existent et que la fête est toujours de la partie.

 

Inspirés de beaucoup de groupes anglais, leurs morceaux regorgent de clins d’oeil envers The Kills ou Cocteau Twins. Si on leur parle collaboration rêvée, ils vous diront Alex Turner ou Fleetwood Mac. Personnellement, je trouve ça plutôt sympathique ! Ce sont eux qui vont me faire rêver maintenant… ! Et la liste des influences est longue (et surtout bonne) : the Cure, The Last Shadow Puppets, Tame Impala, Joy Division, The Maccabees, Young The Giant, Daft Punk. Bref, je pense qu’on est plutôt bien parti !

 

Autour de toutes ces influences, le tout était maintenant de se créer sa patte, son image. Alliées à une envie profonde de créer la musique de demain, les années 80 jouent ici un rôle tout aussi important. Les synthés, les rythmes et riffs de guitare nous rappellent sans cesse, à la fois mille et un groupes, mais nous confortent aussi dans l’idée que c’est fait à leur manière. Le défi est réussi, je les sens chauds comme la braise, prêts à nous sortir de futurs tubes. Je les espère juste un peu plus entêtants et percutants, si je devais faire une remarque. Mais le plus important dans ce groupe, c’est le romantisme, un peu « dark » certes, mais c’est le romantisme avant tout ! Lors d’une interview pour Wonderland Magazine, ils avaient répondu « The Lovers » quand le journaliste leur a demandé comment ils auraient pu s’appeler, autrement que Dumb Lovers. Complètement bloqués ces deux-là. Et en toute vérité c’est tant mieux, ça nous rajoute un petit groupe chaleureux et donc plein de bonnes ondes. Ça fait toujours du bien !

Trois singles sont à ce jour disponibles. Jessie, Girl, Oscar, tous figureront, je pense, dans l’album. Tout est clair, cohérent, ça sent l’album à plein nez. En novembre sur Instagram ils nous prévenaient déjà de l’enregistrement de nouvelles « dark beauties ». On vous les partagera, bien sûr, dès leur sortie. Malheureusement pour l’instant pas de clip, pas de chaîne Youtube. Tout se passe sur Soundcloud ou les plateformes de streaming musical. Trois balades, toutes un peu indie, pop. La voix de Megan Rees résonne parfaitement au milieu des instruments, Robin l’accompagne tranquillement à quelques moments.

Elles s’enchaînent particulièrement bien. Les écoutant en boucle actuellement, je vous assure ne pas bien me rendre compte de la vitesse à laquelle les trois morceaux se terminent. Au passage, juste comme ça, je vais du coup vous faire part de cette incroyable bouse (j’y vais un peu fort, j’avoue) qui s’enchaîne à chaque fois que Dumb Lovers se tait. « Dumb Lovers » de Pearl and The Beard, vous m’en direz des nouvelles ! (Je vous assure que quand ce morceau jailli après l’atmosphère assez prenante de Dumb Lovers, c’est assez peu agréable. Je vous conseille de faire l’expérience dans cet ordre-là pour bien comprendre).

 

Je m’égare, je m’égare, excusez-moi. S’il y en a bien deux qui eux vont droit au but, contrairement à moi, c’est le duo Dumb Lovers ! Autrement que du fait que les années 80 ai bercé leur oreille musicale, elles ont aussi très clairement imprégnées leur paraître. Un vrai régal pour les yeux. Déjà dans les graphismes entièrement réalisés en design plat (formes simples, couleurs vives, jeux de typographie), le style est déjà annoncé ! La pochette du premier single représente 1 jambe féminine, la deuxième 2 jambes, etc.. C’est simple mais efficace, on n’en demandait pas plus. La pochette de l’album (et l’album lui-même) risque d’être une vraie partie de jambes en l’air. Je vous assure que leur musique est assez sexy dans le fond (après deux heures d’écoute sur trois singles, on rentre un peu dans leur délire).

Loin d’être « plate » dans sa manière de s’habiller, la chanteuse Megan Rees nous a prouvé qu’elle avait un oeil assez aiguisé en matière de mode ! 

 

Ici un ensemble rose accompagné d’un magnifique pull et son message « SEX ». Des torrides lovers alors je dirais !

 

 

Megan a bien retenu la leçon de la tendance imprimé pois, en chemise, en combinaison, on comprend bien ici que ça peut être une bonne idée pour cet hiver.

 

 

La fourrure aussi, mais attention, en couleur s’il vous plaît ! Rouge ou bien orange pour l’instant, j’imagine qu’elle a bien d’autres modèles à nous dévoiler… C’est audacieux et toujours tourné vers cette fameuse décennie dont non, je ne répéterai pas encore le nom, je pense que vous avez compris ! En tout cas ça me ferait plaisir de voir un peu plus de couleurs dans les rues et les wagons de métro, donc moi je dis oui !

 

Monsieur Robin Clark lui, se la joue plus sobre. Il nous a déjà sorti le total look blanc, pourquoi pas s’il veut. Il se rattrape avec des lunettes ovales et des t-shirts rétro, un peu de rouge pour le shooting. Vous l’aurez compris côté mode, c’est surtout Megan qui porte la culotte.

Le blanc pour la pureté, le rouge pour l’amour -sa sensualité et son ardeur, le rose pour la sincérité des sentiments ou bien même parfois le bleu clair pour l’innocence. On est tous d’accord pour leur accorder que ce sont de (bon) gros lovers. Dumb, ça je ne sais pas, ils savent en tout cas qu’il faut en jouer.

Pour Halloween ils ont joué dans le fameux quartier de Londres, Camden Town. En tout cas il avait l’air heureux du résultat ! Début octobre ils sont aussi passés chez BBC Radio Solent, j’aurais bien voulu entendre ça.

Comme d’habitude je vous prie de croiser les doigts avec moi afin qu’ils viennent se défouler sur les scènes françaises.



Leur site internet

Leur page Soundcloud

À très vite !

Related posts

Jerry Paper, allô vous me recevez ?

Cléo

Ravyn Lenae invite Steve Lacy à poser sa voix sur son nouvel EP

Cléo

Ecca Vandal, aussi énervée que moi pour entamer l’année

Cléo

Leave a Comment

BEAT STYLE MAKERS
%d blogueurs aiment cette page :