MALCA – Un mélange de cultures marquant

31 Octobre 2017, férue de découverte de nouveaux artistes, je me dirigeais avec mon acolyte de choc Emilie, vers la salle du Pan Piper dans le quartier de Ménilmontant pour le festival « pitchfork avant-garde »

C’est vers 21h que nous nous sommes dirigées vers la salle, toutes de joie, de fête et d’alcool vêtues.

Dans le viseur, nous avions le groupe de Super Palka, Malca, et Youman (duo de DJ qui nous a convaincu à prendre nos places car ils avaient enflammé Solidays au mois de Juin 2017).

Donc, nous rentrons dans la salle et là…Forcément avec notre taux d’alcoolémie, minime, mais suffisant, nous avons poussé les portes de la salles en dansant, mais pas de musique dans la salle… En plus, une moyenne d’âge de 30 ans… Du haut de nos 20 ans on ne s’est pas forcement senties des plus à l’aise.

Et bien figurez-vous que dès que les concerts ont commencé, la petite salle s’est soulevée pour laisser place à une ambiance conviviale, pleine de bonne humeur et de groove.

C’est donc ce soir là, après ce début de soirée douteux, que j’ai découvert un artiste nommé Malca, qui a tout pour en devenir un grand.

Sa musique éléctro-pop nous transporte dans son univers romantique/funk.

Dans sa musique, nous retrouvons des influences de son pays d’origine, le Maroc.

Fièr de ses origines il mélange des sonorités tout droit sorties des musiques Chaâbi traditionnelles à des sons électroniques nouveaux. Ce mix créé un genre musical très moderne s’inspirant de son mélange  de cultures : occidentale et orientale (né au Maroc, arrive à Paris à 18 ans)

Des sons de guitares saturés très pop à la Daft Punk, mélangés à de l’électronique à la M83 : voilà de quoi est composée sa musique. Ce mélange d’inspirations très bien représenté par la musique She gets too hight datant de Mars 2015 (mon morceau préféré).

Sa musique est remplie de peps et de pop. Elle est illustrée par des clips travaillés esthétiquement réalisés par l’agence TBAM.

Ses clips et ses sons ont des influences de Vaporwave, mouvement artistique et musicale datant des années 2010. Le Vaporwave est un mélange de culture vintage du faux mauvais goût des années 80 et de futurisme poussé à l’extrême dans les couleurs très vibrantes. Malca s’inspire des sonorités communes aux musiques des années 80 jazzy, et électro.

gamme de couleurs VAPORWAVE

 

Le Vaporwave se ressent dans ses chansons par l’effet planant, « vaporeux » qu’elles procurent.

Visuellement, Malca reprend les codes de ce mouvement dans ses clips en utilisant le même code de couleur mais aussi en jouant sur les inspirations virtuelles et cyber-connectées de ce mouvement.

Le clip de « Ya Layli » sortie en Juin 2016 est un clip puissant, psychédélique.

 

C’est entre des gros flashs de monogrammes Vuitton, inscriptions en arabe et graphismes ultra futuristes, que Malca performe sa chanson habillé par des pièces signées Yassine Morabite (de la marque : ZAZLOUZ).

 

Dans son clip « She gets too high » Malca met l’accent sur la beauté naturelle des femmes Marocaines. Ce clip aux allures vintage (dûe à une image de pauvre qualité) apparaît comme des tapes volées à un caméscope d’amateur. Rajoutez à cela des « glitchs », qui sont comme des bugs numériques, et deux palmiers numérisés tout droit sortis de Movie Maker, et cela vous donne un clip totalement funky qui rappelle un vieux montage vidéo de vos vacances avec vos amis, tout plein d’innocence et de bonne humeur.

Enfin, le clip de son dernier morceau, Casablanca Jungle, en hommage à ses origines, dédicacé aux jeunes de Casablanca, me fait énormément penser au clip de the Blaze, Territory (qui est, pour moi, le meilleur clip que j’ai pu voir cette année).

Sur le rythme du montage, sur la musique, l’angle de vue des plans de la ville, la convivialité, la jeunesse insousciante qui fait la fête. Une ambiance nostalgique et planante lie les deux clips.

« Casablanca Jungle est le cri d’espoir d’une génération qui arrache sa liberté dans une jungle urbaine où les quartiers « californiens » côtoient les bidonvilles. On a fait ce clip avec tout ce qu’on avait de sincérité et d’honnêteté, maintenant c’est à vous »

Ce que j’aime chez cet artiste c’est son style unique, se mélange de ses deux cultures est très moderne. Il utilise ses origines marocaines avec fierté et y ajoute des codes musicaux et vestimentaires propres à la culture occidentale.

Le mixe entre les univers crée un style harmonieux.

Vestimentairement parlant, Malca utilise à merveille se mélange de culture.

Il est notamment habillé par la marque au concept intéressant : Cobra Mousse.

Cobra Mousse est une marque de pantalons réversibles, un coté étant un tissu africain (le wax, tissu en coton orné de motifs) et de l’autre, un tissu uni.

Cobra Mousse allie parfaitement le sportswear et le tissu en wax, cela crée un style contemporain inspiré de culture aux codes visuels différents.

« Le porteur de ces vêtements se fait le garant d’une histoire. Cette marque ne conçoit pas les gens comme des simples consommateurs mais comme des acteurs pensants. Ces pantalons deviennent des outils de réflexion. Ils contribuent à s’interroger sur la rencontre entre les cultures, sur le partage des valeurs et des symboles qui constituent notre histoire commune. »

La philosophie de cette marque correspond parfaitement à celle de la musique de Malca, un mélange de genre, de culture, qui crée un style unique et inspirant.

Des petites casquettes Gucci, des Nike requin et des monogrammes Vuitton rose tout droit sortis de la veste d’un vendeur à la sauvette sont tout de même des codes très souvent utilisé dans les clips de Malca. Ce qui soulève de plus en plus cette question en moi de savoir si la contrefaçon est finalement devenue hype ?

Par son style et sa musique, Malca souhaite nous faire découvrir les deux cultures avec lesquelles il vit au quotidien. Il nous introduit cet univers nouveau, et nous prouve qu’un mix d’héritages culturels différents peut créer une union magnifique et novatrice.

C’est donc, une belle invitation aux mélanges…

L’EP Casablanca Jungle sort le 17 novembre, et je vous conseille de retrouver Malca en concert le 14 Décembre au Point Ephemere de Paris car c’est une très belle performance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *