BEAT STYLE MAKERS
Les artistes

Pearl & The Oysters, ou les néo B-52’s

 

Alerte artistes Français ! Je répète, alerte artistes Français ! Ah qu’est ce que ça fait plaisir quand nos chers compatriotes nous prouvent que la créativité musicale française ne périt pas un peu plus chaque jour (comme voudraient nous le faire écouter les radios musicales les plus appréciées de France). Et oui, malgré le surnombre d’artistes pré-faits que l’on ne cesse de nous commercialiser grassement, certains petits nouveaux, eux bien moins reconnus, arrivent à nous surprendre chaque année. Fishbach, Last Train, Polo & Pan ou encore Jeanne Added, ils ont en réalité été nombreux ces dernières années à nous… masturber les oreilles si je puis dire ! Des talents débordants de créativité et bien souvent complets (auteur – compositeur – interprète). En septembre c’est le groupe Pearl & The Oysters qui a animé mon casque audio pendant quelques temps. Je suis contente de pouvoir vous donner mon avis sur ce groupe musicalement recherché et amusant, mais aussi… inspiré des années 80 ! 

Chers visiteurs je vous préviens, on est parti pour une autre galaxie. Français, ok. Mais dans la même décennie que nous, ça, pas sûre. Ce groupe tout droit sorti des orbites va enflammer vos platines avant les fêtes de fin d’année. Ils m’ont eux-même défini leur style comme « laser gun pop », c’est vous dire ce qui nous attend.

C’est à Gainesville en Floride que Juliette et Joachim, noyau dur du groupe, ont déposés leurs valises il a maintenant 2 ans. Tous deux détenteurs de la double nationalité, c’est sans trop de problèmes qu’ils arriveront à développer ce projet des plus… originaux, frais et prêt à nous exploser à la figure telle une bouteille de soda trop secouée ! Mais avant de lancer les hostilités, je me permets un petit instant pour mettre sous la lumière les musiciens qui les entourent. Ce n’est pas à 2, mais plutôt à 7 que cet album s’est vu être abouti. 3 autres musiciens sont présents lors des concerts, et 2 autres aident en répétition / studio. Des gens de l’ombre, certes, mais pas des moindres ! Toujours souligner les gens de l’ombre.
Cet album est une invitation au voyage, et plus précisément au pays de Pearl & The Oysters. On est totalement plongé, et ce depuis la piste numéro 1, dans l’univers bien ancré du groupe. On se croirait dans une ballade pop de jeu vidéo old school, c’est hyper captivant et surtout très réussi. Ils ont dû en titiller des touches de clavier et des boutons de native instruments pour en arriver là ! Pour moi on est à la croisée du pop/rock, des lasers cosmiques et des arcades « Made in 90 ».  Pour ce qui est des performances musicales personnelles, Juliette manie les cordes vocales ainsi que le clavier et même la trompette, Joachim est en réalité le vrai master du clavier. Les autres se partagent percussions, guitare et basse. Les inspirations fusent dans les tous les sens et nous offrent au final un groupe avec une véritable identité.

Je me contenterai de citer rapidement les titres qui pour moi sont les plus emblématiques. L’album étant une réussite totale, je préfère vous conseiller de le déguster en long, en large, et puis même en travers tiens ! Dia De Los Muertos, My Baby Grand, Lake Alice, Interstellar Appeal, que de mélodies qui vous entêtent. Le son des claviers crie et se distord de mille-et-une manières, les riffs des guitares sont justes et les rythmes vous déhanchent. Mention spéciale pour l’interlude Welcome To The Wendy Carlos Appréciation Society, qui m’a pour le moins surprise et arraché un sourire gigantesque. C’est sur une mélodie typiquement Baroque que les jeunes Français ont décidé de mêler leur style geeko-pop, toujours plus hypnotisant. Véritable réjouissance pour un éternelle amoureuse de la musique savante que l’on appelle vulgairement le Classique (qui est on le rappelle, seulement une période musicale de ce genre, au 18e siècle). Les autres titres de l’album sont eux aussi très convaincants et restent dans la lignée des titres énoncés précédemment. C’est détonant, jeune et brillant. Et il n’y a pas que leur talent qui brille…

 

En effet ça ne pète pas que dans les décibels ! La tendance « bling bling » traverse les continents et n’échappe pas à Pearl & the Oysters. C’est plutôt bien tombé vu l’ambiance. Avec une veste, un top ou bien une perruque, ces musiciens en herbe ont su jouer des codes de la mode pour peaufiner en profondeur leur identité. Argentés, dorés ou cuivrés n’hésitez pas à abuser de petits détails brillants pouvant requinquer vos tenues (le noir toujours le noir oh oui encore du noir). Paillettes, nylon ou latex à vous de choisir votre préférence…

One more tips ! Les imprimés ou détails cosmiques type étoiles ou planètes, sont aussi dans l’esprit des fashion weeks. Il serait peut-être judicieux de ne pas trop en abuser cette fois-ci, sauf si votre attente pour Star Wars se veut incontrôlable, alors là on vous pardonne.

En tout cas si j’ai bien un conseil à vous donner c’est de laisser place à votre curiosité et d’aller écouter cet album made in Usa from France. J’espère sincèrement qu’ils viendront faire découvrir leur projet sur nos terres françaises. En attendant, ils tournent dans quelques petites salles et festivals de la Floride. On vous tient au courant !

Suivez les sur leur compte Instagram

Cléo

Related posts

Blu Samu, nouvelle étoile du hiphop / soul belge

Cléo

Thérapie Taxi – le jeune groupe prêt à conquérir nos oreilles avec leurs hits sales

Anna Trentin

Le duo Alligator revient dans la nouvelle compilation de La Souterraine

Cléo

Leave a Comment

BEAT STYLE MAKERS
%d blogueurs aiment cette page :