BiiG PiiG – L’aura so smooth made in Londres.

Lorsque l’on aperçoit le pseudonyme « Biig Piig » on s’attend alors à tomber sur un monde assez sale.

Et pourtant, bienvenue dans l’univers de la douceur qui caresse les oreilles, et de la vibe si sensuelle que fumer un joint serait inutile tant sa musique est planante.

La jeune chanteuse nous transporte dans son cosmos rose pastel où le temps s’arrête le temps d’une chanson.

Sous ses influences musicales de Lilly Allen, Jess Smyth prend son temps pour nous parler d’amour et de sexe. Ecouter une de ses chansons nous fait vivre une romance des plus sensuelle, le genre d’histoire d’amour qui ne quitte pas le lit, qui regarde la télévision sans qu’elle ne soit allumée, qui passe juste le temps, qui s’aime.

Avec un pseudonyme aussi évocateur, on ne s’attendait pas à ce qu’elle nous parle de sexe de façon aussi « sweet » et innocente. Et pourtant Biig Piig en appelle à la délicatesse, à la passion et au bonheur d’être « in love ».

Biig Piig pose docilement ses paroles adolescentes sur un beat lent et parfois suivies d’un synthé sonnant comme un xylophone comme sur la chanson « crush’n ».

Les sons étouffés rendent ses chansons vaporeuses et mélancoliques. Un hip hop rempli de néo soul (soul moderne inspirée des années 70 qui met l’accent sur l’émotion du morceau) suivie de sa voix enfantine aux vibrations de RNB accompagnent parfaitement la première cigarette d’une matinée humide et calme d’un Dimanche.

Cette ambiance chill, gérée à merveille par cette jeune Londonienne annonce une carrière pleine de positif le potentiel et la maitrise du look sont présents. Son allure vestimentaire est en total harmonie avec son style musical. Jess mixe les codes du streatwear et du mélange de genres, des vêtements unisexe. Elle associe parfaitement une veste de costume d’homme trouvée en friperie, avec un survêtement mixte et un bas résille rouge qui accentue son allure d’inspiration vintage mais qui exprime tout de même un esprit contemporain.

Les couleurs de ses 3 pochettes de single (tout droit sortient des années 70) sont les mêmes que celles qu’elle porte, des couleurs ocres, rosées, pastels.

Cela crée un univers complet, original, qui est présent dans sa chanson et dans ses clips.

Il existe uniquement 2 clips sur 3 singles pour le moment : une ambiance est raffinée, satinée. Ils invoquent une nostalgie adolescente douce et heureuse. Le décor rappel l’univers kitch Américain des années 70/80.

Tout cela pour finalement espérer qu’elle continue de nous faire fantasmer, songer, méditer sur ses chansons romantiques encore longtemps. Mais aussi qu’elle parvienne un jour à réaliser sa ligne de vêtements qu’elle souhaite accomplir.

En attendant ses prochains singles (ou même un album complet, fingers crossed) il ne nous reste plus qu’à continuer de positiver et de chiller sur ses sweet sounds.

Anna.